• Caroline Fabre-Rousseau

Journal d'un amour perdu (E.E.Schmitt)



« Les sentiments vont par deux, comme l'ombre et la lumière.” C'est le journal d'un deuil, tel celui de Roland Barthes après la mort de sa mère. Pas de roman, pas de conte, pas de personnages fictifs, mais la douleur brute, délicatement racontée, avec justesse et pudeur. J'y étais allée à reculons, tant je redoutais les épanchements personnels. J'y ai rencontré l'humain. Je me suis sentie proche de vous E.E.Schmitt., et vous m'avez consolée. Non pas de la perte de ma mère, elle est toujours en vie, et en pleine forme. Mais des deuils que l'on doit faire d'autres amours perdues et de rêves en poussière. Vous m'avez montré que la vie c'est cheminer avec ses contradictions, accepter les chagrins et reconnaître les joies. Merci EES d'avoir partagé avec nous ces deux années de cheminement. Vous m'avez dédicacé ce livre après une représentation de Madame Pylinska et le secret de Chopin, pièce composée pendant votre deuil, mais je ne le savais pas alors. La tristesse peut être féconde et source de joie pour les autres. Je m'en souviendrai.


"Les sentiments vont par deux, comme l'ombre et la lumière. Il n'y a pas de sentiments célibataires, tous vivent en couple. En ce moment, ma Tristesse cuisine son repas à ma Joie. Ma Nostalgie a invité ma Gaieté à danser pour célébrer le bon vieux temps mais ma Gaieté compte bien l'étourdir. La Foi et le Doute font un voyage de noces au désert. Bras dessus bras dessous, la Confiance et l'Angoisse se promènent dans la nuit étoilée ; quand l'une se tord la cheville, l'autre la soutient. L'Insouciance offre un bouquet à l'Inquiétude, et l'on prétend même que le Désespoir a demandé l'Espérance en mariage.

Notre sottise consiste à les séparer. Ne garder que l'Espoir. Supprimer la Tristesse. Mettre le Doute au cachot.

Mais sans le Doute, la Foi devient intolérante, puis violente, puis meurtrière.

Mais sans la Tristesse, la Joie se connaît si peu qu'elle s'ignore ou se délite.

Mais sans le Désespoir, l'Espoir vise à la bêtise.

Ne souhaitons pas leur divorce. Tâchons plutôt de trouver notre place au milieu de ces tensions. »

« Le pessimisme se borne à une systématisation de la tristesse, l'optimisme à celle de la joie. Ni l'un ni l'autre n'énonce une vérité, ils aménagent l'existence. Le premier rajoute de l'inconfort, le second l'atténue."


#eeschmitt #espoir #deuil

©2020 par Caroline Fabre-Rousseau. Créé avec Wix.com